Category: Littérature

L’influence du webdesign sur l’image de marque est un mémoire de Marie Montané (Master Multimédia à Bordeaux III). Mémoire très intéressant sur le webdesign et qui est accessible sur le web. Merci au blog de Geoffrey Dorne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Frank O’Hara – Meditations in an Emergency

Now I am quietly waiting for
the castastrophe of my personality
to seem beautiful again,
and interesting, and modern.

The country is grey and
brown and white in trees,
snows and skies of laughter
always diminishing, less funny
not just darker, not just grey.

It may be the coldest day of
the year, what does he think of
that? I mean, what do I? And if I do,
perhaps I am myself again.

 

Maintenant j’attends silencieusement pour

la catastrophe de ma personnalité

D’avoir l’air beau de nouveau,

et intéressant, et moderne.

 

La campagne est grise et

marron et blanche dans le feuillage des arbres,

les neiges et les ciels de rires

toujours diminuant, moins drôle

pas seulement plus sombre, et pas seulement gris.

 

Il peut être le jour le plus froid de

l’année, qu’est-ce que tu penses de

cela? Je veux dire, que dois-je? Et si je le fais,

peut-être je suis moi-même à nouveau.

 

Une tranche de vie aux douces tonalités romantiques.

Il existe dans le monde autant de conceptions du bonheur que d’individus. C’est une question d’inspiration. Pénétrer l’Histoire en devenant célèbre ? Se dégager une place confortable au soleil ? Partir de Rien pour arriver à construire un Tout ? Eradiquer la fin dans le monde ? Se sentir important ? Avoir une vie de famille agréable, accompagnée d’une entreprise qui prospère ? Cette dernière vision du bonheur était celle que s’était édifiée notre narrateur, étape par étape. Un empire aux rouages solides, une vie de famille aux contours parfaits. Mais qu’est ce qui pourrait bien gâcher ce beau tableau ? Une femme. L’homme se laisse trahir par le souvenir de ses amours d’antan, fugaces mais intenses. Il devient prisonnier de sa mémoire, et celle-ci vient perturber son présent. Lorsque l’homme rencontre la femme qu’il avait aimée, il ressent l’ardent désir de la suivre partout, quoi qui l’en coûte. Pourtant il n’est pas sans savoir que pendant sa jeunesse,  chacune de ses conquêtes vouait la femme à un sort tragique…  Le narrateur  souhaite néanmoins renouer avec son passé. Seulement, il est parfois préférable de ne pas regarder en arrière, car lorsqu’on retrouve ce qu’on a perdu, on risque de perdre ce qu’on a nouvellement acquis…

Appréciations personnelles :

Un récit mélancolique nous faisant méditer sur nos propres aspirations, nos désirs inavoués et notre recherche fortuite du bonheur. Un air jazzy s’empare du roman et nous embarque pour cette belle traversée fictive.

0

Un thriller que l’on lit, le corps en proie aux frissons.

Résumé de l’œuvre :

L’oeuvre de toute une vie est découverte dans un appartement, dépouillé de tout résident. L’ancien propriétaire des lieux y a néanmoins laissé une trace de taille : une multitude de dessins, qui, une fois alignés représentent la plus grande œuvre jamais recensée. Lorsque ceux-ci tombent entre les mains d’un marchand d’art très en vue dans la société new yorkaise, ils sont exposés au grand jour dans la galerie qu’il détient et l’œuvre demeure célèbre principalement grâce à l’anonymat et au talent de son auteur. Une fois rendue publique, cette œuvre va  ranimer une enquête sanglante jusqu’alors enfouie dans les archives de la police. Le marchand décide de résoudre cette énigme suite à l’appel d’un officier retraité qui avoue détenir des informations au sujet des drôles de chérubins dessinés sur le dessin central et qui ressemblent curieusement à de véritables enfants assassinés, après avoir été violés.  Serait il possible que….? A cet instant les hypothèses affluent, s’agit-il de l’œuvre d’un pervers détraqué, d’un génie au talent fou ?Les prix des oeuvres flambent et les offres augmentent aussi…  Le marchand d’art souhaite alors remonter aux sources et traque l’auteur de ces dessins, il fait de cette enquête une affaire personnelle car il juge que c’est tout de même lui l’instigateur de ce sinistre remue-ménage. Quelle affreuse vérité se glisse à travers tous ces coups de crayons ?

Appréciations personnelles :

Une enquête très bien ficelée, un récit étourdissant, laissant échapper des odeurs funestes de meurtres. Un superbe méta – récit qui réussit avec brio d’une part, à mêler des histoires passées à des époques différentes, et d’autre part, à dresser des portraits de personnages effrayants.